Textes d'écrivants 1

Le pont, le Lien,  Ateliers 2015-2016

mikael helleux
Indicible basculement, les survivants à la rame.

Tissons des passerelles, coupons ici, reconstruisons là.

Entre nous de multiples ponts

Entre réalité et fiction sans cesse en mouvement,

En équilibre sur les fils étirés impossibles à rembobiner,

Les fibres remuées se dévident  au rythme du temps,

Passent les jours, les saisons.

Passerelles en oscillation dans la brume.

Lourdes de migrants, d’incertitude, d’inconnu.

Que de ténuité, de ténacité de lignes entrecroisées.

La treille de ta vie infiltre mon être,

il ne suffit pas de passer le pont,

De se perdre en labyrinthe.

De toi j’ai besoin comme du bateau le port.

D’eux nous avons besoin,

Eux qui ont tissé leur toile pour abriter leurs petits en ouvrir d’espace à venir.

Flux migratoire,

Lignées de tissage au rythme du fleuve de l’occident à l’orient du tout.

Nos vies vont gonflées de soleil et de larmes,

Passent des ponts –bascules,

Des ponts suspendus,

Des ponts transbordeurs

Et ces petits ponts de bois aux traverses incertaines

Laissant un entre- deux vide

Où le regard se perd.

Annie

Photo Mikael Helleux